A quoi sert l’astrologie ?

Si l'on posait la question à l'ensemble de la communauté astrologique avec trois réponses possibles comprendre, prévoir, prédire, il est fort probable que l'option N° 3 (prédire) serait, hélas, encore celle de 20 à 30 % des interrogés. L'hypothèse serait du reste confirmée par ce que l'on peut lire sur certains forums Internet. Dernièrement encore sur l'un d'entre elles, on pouvait participer à un cercle de discussion sur la manière de pronostiquer - par des techniques savantes - le décès de ses propres parents dans son thème de naissance. Certes, on pourrait épiloguer sur la vertu de ces espaces de discussions qui - outre leurs dérives passagères - constituent de véritables laboratoires d'études.

La Fédération Des Astrologues Francophones (FDAF-Paris) prône, pour sa part, la modération en matière de pronostic. Elle incite les astrologues à éviter les démonstrations fatalistes et les numéros de cirque ( Il arrive que la flèche rate la cible l). Exemple récent : Un gai luron (sous le pseudo Papillon de Nuit » avait posté Dimanche un message sur le site du Journal « 20 minutes » un pronostic à la noix de coco : « Ce n'est pas Fillon qui sera élu mais Alain Juppé !  Incroyable n'est-ce pas ? Vous verrez et cela va être vite vérifiable... »

Karamba ! Encore raté ! Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Tout exercice de ce genre  exige une grande réserve. Au nom du fameux principe de précaution si cher à la conscience collective du moment. Au risque de susciter de nouvelles critiques, puis-je me permettre d'enfoncer le clou :cessons de valoriser l'aspect divinatoire de l'astrologie, Notre discipline a beaucoup mieux à faire si elle veut s'inscrire dans le débat culturel contemporain et éviter d'être confondue avec la voyance ou réduite aux succédanés horoscopiques. Le moment est venu de désocculter l'astrologie Nous vivons actuellement des temps incertains ou les équilibres de la nature sont menacés manifestations climatologiques, pollutions diverses, crise agricole, etc La question de la relation microcosme-macrocosme est à l'ordre du jour. C'est l'occasion ou jamais de présenter l'astrologie comme un langage susceptible de traduire notre interdépendance à l'univers. Saisissons cette opportunité pour sortir l'astrologie de sa marginalité. Abandonnons la vision fataliste et déterministe et appliquons nous à montrer de manière moderne comment notre psyché s'associe avec tout ce qui l'entoure, comment l'Homme interagit avec le Cosmos.

De grâce, ne confondons pas l’astrologie avec la roulette russe, la voyance ou la médiumnité.

 

Ala!n de Chïvré

. P.S. Pour ceux et cellles qui ont envie de découvrir une discipline de l'esprit intelligente et une culture parmi tant d'autres : Voir le lien :  Apprendre_Astropsy