Astropsychologie

Apprendre facilement l'astrologie en ligne

En faire une passion ou un métier ?

Oui, on peut faire de l'astrologie une passion puis progressivement un métier (celui de Consultant en Ressources Humaines) en cumulant les unités de valeur. Mais déjà la formation de base permet d'acquérir un minimum de "savoir faire" qui autorise à pratiquer, dans un premier temps, l'astrologie dans son entourage familial ou amical.  Il est possible ensuite de progresser et d'en faire un outil professionnel à part entière.

On sous-estime beaucoup l'intérêt de l'astrologie en la ridiculisant ou en la réduisant à sa plus simple expression : prévoir l'avenir. Pour Alain de Chivré (qui a dirigé l'Institut d'Etudes Astrologiques pendant 33 ans), cette discipline sert plutôt à comprendre le présent, comprendre l'être humain dans sa globalité, dans sa relation avec l'univers qui l'entoure : les saisons, le rythme du jour et de la nuit, etc ... Comment l'homme ne pourrait-il pas être concerné par les deux grands mouvements de la terre : sa rotation autour du soleil (en rapport avec les 12 signes du zodiaque), sa rotation sur elle même (en rapport avec la notion d'ascendant )?.

L'astrologie est un discours métaphorique qui rend compte de manière merveilleuse des liens qui unissent l'homme à la nature. C'est la raison pour laquelle l'astrologie recommence à être enseignée dans certaines universités européennes, au Pays de Galles par exemple à Trinity David ou l'on vient d'ouvrir tout à fait officiellement une chaire universitaire susceptible de délivrer des Masters en Astronomie Culturelle  (appellation plus correcte politiquement  pour désigner l'astrologie). La France est beaucoup moins audacieuse malheureusement et seul quelques rares instituts privés s'efforcent de dispenser un enseignement structuré. C'etait le cas de l'Institut d'Etudes Astrologiques qui existait depuis 33 ans et qui formait des spécialistes de la relation d'aide avec une formule souple (enseignement à distance + stages d'été). Son directeur a malheureusement eu un accident de santé (un AVC le 15 Février 2016) et il a dû cesser brutalement son activité. Alain est en convalescence et il a (pour faire face à la situation) transmis ses droits d'auteur à son épouse (Claude) qui diffusera désormais son enseignement par courrier electronique (par mail au format PDF) à un prix très intéressant (-42%) sous l'égide d'une société de portage salarial (LABEL-VIE) .

Il sera donc possible quel que soit l'endroit ou vous habitez de se former progressivement à l'ASTROPSYCHOLOGIE pour envisager , à moyen terme, une activité libérale à temps plein ou à temps pariel. Voilà donc de nouvelles opportunités réservées à des personnes qui ont une certaine maturité, un intérêt pour la psychologie et le développement du potentiel humain.

Pour recevoir gratuitement et SANS AUCUN ENGAGEMENT un 1 er cours gratuit cliquez ci dessous :

Cadeau cours gratuit

ou contactez dechivre.claude@gmail.com   06.95.76.87.34

 

 

Copie de GALILEE07

 

 


03 mai 2018

Découvrir et apprendre l'Astropsychologie

Est-il possible de découvrir l'astrologie psychologique sans passer par les fourches caudines des ridicules horoscopes ? Une astrologie centrée sur la personne et non sur les évènements.

Au 30 Septembre 2016 il existait encore un institut céllivre astropubèbre qui dispensait des cours par correspondance (dans le monde entier) et qui organisait des stages ou des sessions de formation très professionnelles à Nantes.Cet institut a dû fermer ses portes car son responsable (Alain de Chivré) a été victime d'un accident de santé (un AVC).Alain est en arrêt de travail pour plusieurs mois mais il a transmis le flambeau a son épouse (Claude) qui diffuse maintenant son enseignement avec une formule "EN LIGNE" qui est particulièrement économique (-42% des anciens tarifs de l'IEA).  

La formation "en ligne" (par internet) a ses avantages et ses inconvénients.Il y a forcément moins d'inter-activité. Alain surveille de loin la diffusion de ses cours mais il ne peut plus assurer la correction personnalisée des devoirs. Son épouse a repris tous ses documents pédagogiques et a fait des corrigés- types adaptés qui donnent aux étudiants la possibilité de contrôler eux mêmes leurs connaissances. C'est une bonne alternative. Travaillez chez soi, à son propre rythme, avec de bons dossiers pédagogiques, c'est une formule très agréable et, en plus, le prix  de ces formations est devenu vraiment très accessible.

Si l'astrologie vous intéresse autant que la psychologie nous vous conseillons de regarder cette mise à jour . 

Pour voir le PROGRAMME des formations cliquez sur :  Programme_Astropsy_N°300517

Pour avoir une idée des prix et POUR S'INSCRIRE cliquez sur :   Inscription_Astropsy_N°300517

 

Le verseau de service.

 

15 septembre 2017

Quelques tests pour vos écoliers après la rentrée

Jupiter  (comprendre le Président de la République) envisagerait-il de mettre l'astrologie dans les programmes scolaires ? Non ? Aucun danger, ça ne risque pas d’arriver. Un tel projet déclencherait des levées de boucliers chez les rationalistes. Ca ferait scandale et pourtant … quelque chose ne tourne pas rond. N’est-on pas en train de perdre le Nord ? La terre tourne-t-elle toujours sur elle-même ? Nos écoliers n'auraient-ils pas besoin de reprendre conscience des liens qui nous unissent à la nature : le rythme des saisons ou tout simplement le rythme du jour et de la nuit. Cela a un rapport direct avec l’astrologie. Et… la psychologie. Bien sûr nous sommes là très loin des vulgaires horoscopes. 

Faites un simple test avec vos enfants puisqu’ils viennent de reprendre l’école : demandez-leur combien il y a d'heures de jour et combien d'heures de nuit en ce moment de l'année, approximativement ?  Vous risquez d'être étonné de la réponse. (Pour la connaître, il suffit d'avoir en tête les signes du zodiaque qui constituent, en fait, un calendrier saisonnier naturel – par exemple à fin Septembre : égalité jour/ nuit = signe de la Balance, symbole de l’équilibre donc … 12h de jour, 12 h de nuit ). Au début Septembre, en ce moment, il y a environ 12h30 de jour et 11h30 de nuit selon le lieu où l’on observe (Latitude et longitude)

Continuez votre questionnaire de rentrée : demandez à vos écoliers de vous indiquer (avec un geste de la main) où se lève le soleil le matin (au mois de Septembre) au lever du jour :  à l’Ouest, au Nord, à l’Est ou au Sud ? (Nous parlons de l’hémisphère Nord bien sûr.)  Cela parait basique comme question mais les réponses des enfants de 9-10 ans ne sont pas aussi évidentes. C’est dommage car, vous en conviendrez vous-même, au XXI ème siècle un enfant de 9-10 ans devrait savoir s’orienter et repérer les points cardinaux. C’est élémentaire non ?

Les parents qui font de l’astrologie sont en général très compétents pour répondre à cette question et aider leurs enfants à s’initier à cette astronomie basique parce que la notion d’Ascendant est développée très clairement par les astrologues c’est l’endroit où se lève le soleil le matin. Ascendant c’est comme ascenseur ça monte. Ce n’est pas une bêtise.    

 Si  vous aviez des talents pédagogiques, vous pourriez continuer avec une petite « interro » sur la géographie : tropique du Cancer, tropique du Capricorne : qu’est-ce que c’est ? Et surtout pourquoi a-t-on donné ces noms-là à ces deux lignes virtuelles qui encerclent le globe terrestre de part et d’autre de l’équateur (23°environ) ? Ce sont des questions difficiles pour nous les parents (sauf ceux qui ont eu la chance de voyager dans ces zones géographiques ou ceux qui ont suivi des cours d’astrologie). Nous disons bien astrologie.  Attention là ça devient complexe. Suivez bien.

Essayez de vous aider d’une mappemonde (sur un agenda). Le tropique du Cancer concerne l’hémisphère Nord, et il porte ce nom là parce que le jour de l’été (aux alentours du 21 Juin)  le Soleil rentre dans le signe zodiacal du Cancer. Le tropique du Capricorne concerne  l’hémisphère sud et il porte ce nom là parce que le jour de l’été, le Soleil rentre dans le signe zodiacal du Capricorne. C’est vrai aujourd’hui et ça l’était aussi il y a plus de 2000 ans. Notre explication est astrologique. Uniquement astrologique ! Et elle tient la route. Car si vous voulez trouver une explication plus astronomique vous prenez le risque de faire apparaitre des incohérences ou même des erreurs de formulation comme l’a fait le site Internet suisse «www.etoile des enfants.ch » On y trouve des explications pour les enfants sur les mécanismes du ciel et de la terre et en l’occurrence sur les 2 tropiques. Allez-y en passant par le lien : http://www.etoile-des-enfants.ch/article2058.html et lisez bien l’article 2058 rédigé par un expert scientifique (ou du moins par une personne qui en a la fonction). Ce monsieur fournit des explications  en employant le terme « constellation zodiacale » et non signe zodiacal ou signe astrologique. Mais du coup son explication est fausse. Ce qui était vrai il y a 2000 ans ne l’est plus. Les signes ne correspondent plus aux constellations (précession des équinoxes).Il le sait mieux que nous.  

Il aurait dû écrire dans son article que, le jour du solstice d’été le soleil est dans la constellation des Gémeaux en hémisphère Nord et dans la constellation du Sagittaire en hémisphère Sud. Il conviendrait que le site « Etoiles des Enfants »  corrige sa formulation : Le soleil n’est pas, de nos jours,  dans la constellation du Cancer le premier jour de l’été.

Ceci est grave de conséquences car l’explicative fournie par les défenseurs de l’astronomie est susceptible d’induire une confusion chez les écoliers et …  elle obligerait presque les géographes à débaptiser les 2 tropiques (à cause de la précession des équinoxes) qui devraient s’appeler pendant 2000 ans tropique des Gémeaux et tropique du Sagittaire. Vous vous rendez compte ? Impossible ! Invraisemblable ! Il est donc nécessaire d’utiliser l’explicative astrologique pour justifier les solstices. Sinon cela n’a aucun sens. il faudrait en conclure que sur cette histoire-là, les astrologues ont gagné une bataille sur leurs confrères astronomes. L’astrologie est gravée à tout jamais dans notre mémoire géographique. Alors pourquoi les défenseurs de l’astronomie pure et dure considèrent-ils les astrologues avec tant de mépris et de condescendance ?

Conclusion : l’astrologie est un bon outil éducatif (subsidiaire) pour appréhender le réel. Elle donne du sens aux processus saisonniers et aux  fêtes du calendriers. Elle développe la créativité et la pensée analogique. Elle permet surtout de se comprendre soi-même et de mieux comprendre son entourage. Etc … Cela dit ce ne serait pas des prétextes suffisants pour la prendre en considération dans les programmes scolaires officiels. Trop de confusions possibles.

Pour les parents ou les adultes en général : il est possible d’ apprendre une astrologie sérieuse en allant sur le site :

http:// www.psycho-astrologie.com ou de demander une documentation en écrivant  à info@astropsy.org

 

08 septembre 2017

L'astrologie est-elle une simple croyance ou un véritable outil conceptuel ?


Thomas d'Aquin s'était posée la question : comment imaginer notre relation avec l'universel ?

 

Longtemps perçue, à tort, comme un instrument de divination, l'astrologie n'est pas une vérité en soi mais une simple hypothèse de correspondances entre l'homme et la nature fondée sur une imprégnation cosmique de ce moment clé : la date, l’heure et le lieu de la naissance. Tout se passe comme si le bébé était en mesure de « capter » toutes ces informations qui relèvent d’une certaine forme de causalité (le photopériodisme étant à l’origine de la typologie zodiacale des 12 tempéraments) et probablement aussi du principe de synchronicité énoncé par le psychanalyste Carl Gustav Jung ? Ce n’est peut-être pas un hasard si l’une des filles du Docteur Jung est devenue astrologue professionnelle.       

Le thème astrologique ou la carte du ciel de naissance (outil de l'astrologue) rend compte de cette mémorisation de tous les signaux de l'environnement à l'instant T de la naissance. En venant au monde, l'enfant enregistrerait donc ce moment privilégié (la saison, l'instant précis de la journée et l'ensemble des positions planétaires). Il bénéficierait d’un « héritage cosmique ». L'enregistreur serait le cerveau, l'ADN, le système hormonal ou le système nerveux. Et cette « micro-photographie » de l’espace-temps serait censée représenter la psyché ou la structure de la personnalité.

Pas plus idiot qu'autre chose ! Ces informations codées constitueraient un premier conditionnement qui s'additionnerait à celui de la génétique. L’ensemble constituant ce que l’on appelle l’inné. Voici schématiquement l'hypothèse de l'astrologue moderne. Rien à voir avec la divination ou la bonne aventure. En 5000 ans la discipline a évolué.

On pourrait presque paraphraser le psychanalyste Jacques Lacan en disant que l'inconscient est structuré comme une carte du ciel (et non seulement "comme un langage"). Ce devrait être l'hypothèse de l'astrologue du XXI ème siècle : un praticien qui serait en mesure de conjuguer l’inné et l’acquis (autres facteurs de l’environnement familial, éducatif, sociétal)  pour tenter d'aider son consultant à répondre aux grandes questions existentielles : Qui suis-je ? Comment puis-je découvrir et exploiter mes points forts ? Comment puis-je développer mes aptitudes ? .

Ainsi pourrait s’expliquer la systémique astrologique pour pouvoir donner une chance à cette discipline de l’esprit de se rapprocher des sciences humaines

 

 

Pour apprendre l’astro-psychologie voir !e site internet : http://www.psycho-astrologie.com

 

 

Posté par Astropsychologie à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 septembre 2017

La consultation astro-psychologique : une méthodologie en 3 séances

Témoignage sur ma pratique professionnelle pendant 33 ans.

 

La méthodologie en une seule séance est inacceptable au regard d’une vraie relation d’aide. La simple expression « faire un thème » (en une seule séance) traduit une neutralisation du consultant (le client). C’est une grave erreur de faire comme s’il n’existait pas. La carte du ciel n’est pas une personne. La moindre étude de personnalité et à plus forte raison un vrai travail de « conseil » obligent à tenir compte de deux facteurs : l’inné et l’acquis. La carte du ciel donne des informations sur l’inné mais rien sur les acquis (à moins d’être ultra-fataliste). D’où la nécessité d’un dialogue, d’une construction sur la base de 3 entretiens espacés d’une quinzaine de jours.

La 1 ère séance est, selon ma méthode, réservée à l’anamnèse  : biographie, enfance, éducation, cadre de vie, professions, activités, et surtout les grandes questions qui ont jalonné l’histoire de la personne … Le praticien ne fait pas de « la devinette », il n’adopte pas la posture de l’interprète directif, il privilégie l’écoute empathique tout en orientant légèrement l’entretien sur les points importants ou névralgiques du thème pour confronter les informations astrologiques avec la réalité du vécu (sans en présumer pour autant). Cet entretien doit avoir une vertu très libératrice. Il amène le consultant à synthétiser son histoire, à la conscientiser. Rôle du praticien : accueillir, ECOUTER, générer du discours ou de la parole de la part de son client. Durée de la séance : 1h maximum. Au delà de ce laps de temps il y a des processus qui parasitent la consultation, (transferts,contre-transferts, etc …)

Bien entendu, le client dans ce cas doit être informé du protocole des 3 séances lors de la prise de rendez-vous téléphonique préalable. Mon expérience personnelle a montré que seulement 30 ou 40 % des appelants acceptaient la méthode. Je m’en contentais largement parce que la motivation de mes clients était souvent de grande qualité.     

Pourquoi  cette méthode en 3 temps ? Les astrologues utilisent en principe une formule classique en une seule séance. La consultation sous cette forme  dure souvent 2 ou 3 heures, ce qui est beaucoup trop long. Ce monologue est un « bourrage de crâne »). Ce mode opératoire donne un pouvoir excessif à l’astrologue (« celui qui dit » ou « celui qui sait ») et la formule  génère énormément de parasites : induction, transferts, manipulations, etc … Sans parler du coût (100 à 150 €) de cette consultation unique qui semble toujours exorbitant.  Qui peut s’offrir le luxe d’une consultation à 100  ou 150 Euros ?  Trois séances à 30 ou 45 € sont plus faciles à faire accepter par le client. Ces modalités pratiques ont déjà été expérimentées, on échelonne le paiement sur un mois ou deux. C’est beaucoup plus digeste.

La 2ème séance est plus conforme à l’idée classique que l’on se fait de la consultation astrologique : interprétation du thème ou de ce que j’appelle la fameuse « radiographie de l’inconscient ».  Une différence importante malgré tout  avec l’astrologie classique : cette interprétation est présentée comme un bilan de potentialités car rien ne dit que la personne ressemble à son thème. On peut être, dans le cas d’un dysfonctionnement important, le client a le droit d’être « à coté de sa plaque ». C’est là précisément que la consultation astrologique revêt le plus grand intérêt. Cela signifie sans doute que les acquis (éducation parentale, environnement, etc ..) sont venus perturber l’inné. Lors de cette 2 ème séance le praticien  doit s’efforcer de mettre en valeur très positivement les grands traits de la personnalité en extrayant du thème les 4 fonctions principales, celles qui devraient être au service du rayonnement solaire. Il s’agit des talents de cette personne et très souvent on s’aperçoit que ces 4 talents ne sont pas très conscientisés ou bien que le natif ne sait pas comment s’en servir ou que ses talents ont été refoulés par l’environnement familial ou éducatif.

Il va donc falloir lors de cette 2 ème séance évoquer les possibilités de mise en œuvre concrète de ces qualités potentielles avec les planètes en maison. En principe dans cette approche des 3 séances je préconise de ne pas parler des aspects. Le sujet est réservé à un travail plus élaboré. Durée de la 2 ème séance : 1h

La 3 ème séance a pour but de confronter les 2 premières séances. Il est intéressant de demander au consultant d’exprimer lui-même son ressenti par une question du genre : qu’avez-vous retenu de notre 2 ème entrevue ? Cela permet de faire de la reformulation et de voir comment les informations que vous avez fournies ont été entendues et comment votre clent va maintenant pouvoir développer ses qualités potentielles et surtout les mettre en oeuvre plus judicieusement (en se servant mieux des fameuses maisons)

Lors de cette 3 ème séance (durée : ¾ h ou 1h maximum)  on refait une 2 ème fois un check up des ressources et une stimulation des qualités en fonction des maisons mais cette fois ci nous allons restituer le pouvoir au consultant en lui demandant comment il va mettre en œuvre concrètement ce projet de développement quitte à évoquer avec lui les opportunités à   saisir (transits ou progressions éventuelles).

Cette 3 ème séance a une vocation dynamisante ou réparatrice. Elle oblige tout praticien de l’astropsychologie à avoir un très grand esprit de synthèse et une capacité à stimuler vraiment le développement des qualités propres à la personne. Je préconise de positiver constamment et d’éviter les aspects lors de ces 3 entretiens.

Il peut donc arriver que cette 3 ème séance fasse  apparaître une dysharmonie importante qui justifie pleinement la demande initiale du consultant. Parfois le dysfonctionnement est l’expression d’une réelle souffrance due à un décalage inné/acquis  qui incitera l’astrologue à proposer ses services (si il en est capable) pour un accompagnement plus élaboré avec un système de 12 séances où là il sera possible de travailler sur les aspects.

 

Voilà donc un petite synthèse du protocole de travail que j’ai enseigné dans le cadre de l’IEA pendant plusieurs dizaines d’années

 

LES HYPOTHESES DE TRAVAIL EN ASTRO-PSYCHOLOGIE

Hypothèse N° 1   L’inconscient est structuré comme une carte du ciel (paraphrase de Lacan)

Hypothèse N° 2  Le thème n’est pas une personne

Hypothèse N° 3  L’être humain ne peut s’expliquer sans ce croisement continuel inné/acquis 

 

Pour faire une formation de base en astropsychologie voir le site http://www.psycho-astrologie.com

 

 


31 août 2017

Astronomie et Astrologie même combat ? Pas si sûr !

GALILEE07


La rentrée des classes ?...

J’ai été témoins d’une conversation d’écoliers à la veille de la rentrée des classes. 

Les enfants devaient avoir 9-10 ans et ils appréhendaient leur première rencontre avec leur maitre d’école.Et puis tout d'un coup ils se sont mis à évoquer leurs souvenirs de vacances et l'un d'entre eux a raconté une "nuit des étoiles" à laquelle il avait participé, une de ces observations guidées comme il en existe un peu partout en France à la mi aout.

J’assistais de loin à la conversation  et le débat était plus qu’animé. Il y avait manifestement un quiproquo entre les écoliers qui se chamaillaient très fort parce que l’un d’entre eux avait eu la mauvaise idée de confondre l’astronomie avec l’astrologie. Le pauvre gamin était traité de débile mental et il s’en est fallu de peu pour que le groupe de « redresseurs de torts » en vienne aux mains. Je m’apprêtais presque à intervenir lorsque le jeune accusé s’est soudainement lancé dans une explication très intelligente : « J’ai peut-être confondu astrologie et astronomie mais ma mère m’a expliqué qu’autrefois il n’y avait pas de difference entre un astrologue et un astronome. Je ne pense pas être aussi débile que cela. Pour moi un astronome s’occupe du ciel et un astrologue s’intéresse aux gens, mais tous les deux regardent les étoiles ». J'ai éprouvé le besoin d'en rajouter une couche et de jouer, plus ou moins adroitement, au vieux professeur à la barbe blanche en leur expliquant que "de mon temps" il y avait au programme scolaire l'étude des racines gréco-latines, on pouvait donc très facilement retrouver le sens des mots. Gnomos : le savoir, la connaissance pour l'Astronomie. Et Logos : la parole, le discours à propos des astres pour l'astrologie. (Encore faudrait-il rajouter ... et de l'homme en particulier car étymologiquement rien ne le dit).       

La querelle s’est tout d’un coup apaisée. Je suis allé conforter le jeune garçon - défenseur de l'astrologie - dans son explication judicieuse et je l’ai félicité devant ses copains qui sont restés dubitatifs. Je n’en ai pas dit plus car (sans sombrer dans la paranoia) on aurait pu m’accuser de faire de la propagande astrologique à la sortie des écoles. 

L’Education Nationale est aujourd’hui très réservée sur le sujet astrologique. Il est préférable de ne pas trop en parler. En 1994-95 il y a eu une plainte déposée contre un groupe d’enseignants qui avait lancé une enquête astro-pédagogique. 

L’affaire a fait grand bruit dans les milieux académiques … Il en reste peut-être des traces sur le site de l'Association Française d'Informations Scientifiques (AFIS) ?

Allez bonne rentrée à tous  !  Astrophiles ou pas.

A.C. Grasse le 31 aout 17

 

P.S. Il doit y avoir un article critique sur l'astrologie ce mois-ci (Septembre 2017) dans la revue "Pour la science"

                                                       

 

Posté par Astropsychologie à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

30 août 2017

Les attentes de l'enfant vis à vis de ses parents : que dit l'astrologie ?

Est-ce que l’astrologie peut constituer un outil pour la guidance parentale ?

 

Il s’agit là d’une des plus belles applications concrètes de l’astrologie. Encore faut-il en définir les limites et partir d’un postulat ? Je vous propose de commencer par reformuler cette discipline : L’astrologie repose sur l’hypothèse d’une correspondance entre une structure macrocosmique (le système solaire) et une microstructure (la psyché humaine). Ce pré-supposé peut relever d’une systémique basée sur des centaines d’années d’observations cliniques ou … d’une simple croyance. Elle ne doit pas s’imposer. Libre au lecteur d’accepter le postulat ou de le refuser.  

Le psychiatre  et psychanalyste Carl Gustav Jung  a considéré que « Ce serait une grave erreur de supposer que la psyché d'un nouveau-né est une tabula rasa en ce sens qu'elle est absolument vide » Cela signifie clairement que le bébé vient au monde avec des bagages. Le premier bagage est l’hérédité. Le second est relatif à tout ce qui a pu se passer pendant la vie intra-utérine. Et le troisième est en rapport avec l’astrologie puisqu’il rend compte de ce moment capital que certains appellent le « choc de la naissance » en référence au Bélier (tête la première !). En s’expulsant parfois de lui-même le bébé choisirait peut-être le moment-clé pour exister.

Si l’astrologue était sollicité par les parents ce serait donc pour évoquer cette « signature» qui serait une sorte de mini-représentation de l’espace (le système solaire) pour ce moment clé et en même temps une « radiographie » de la structure de la psyché. Comme si l’enfant avait mémorisé ou capté tous les signaux de l’environnement de cet instant-là (heure de la naissance) et de ce lieu là (latitude et longitude). Cela signifie que l’enfant a conservé de ce moment-là une empreinte capitale celle de l’histoire de l’humanité     

L’astrologie fait souvent l’objet de critiques justifiées lorsqu’elle laisse croire que le thème astral de naissance parle de la destinée comme si cette radiographie de la psyché donnait des informations sur nos comportements. Non, c’est beaucoup plus subtil et beaucoup plus riche. Ne tombez pas dans les pièges de celui qui vous dit « Votre fils deviendra un grand chirurgien ». Il est impossible de faire de tel pronostic avec l’astrologie. La grille de lecture astropsychologique permet d’accéder à la notion de tempérament, c’est à dire à un ensemble complexe de prédispositions, à une organisation structurelle de la personnalité. Cette grille doit pouvoir constituer un outil de questionnement sur les attentes du bébé, sur ce qui sous-tend sa relation avec sa maman, sur ce qui sous-tend sa relation avec son papa. Il serait bien d’ajouter : avec celui ou celle qui va servir de modèle pour construire inconsciemment son identité et avec celui ou celle qui va servir de protection.

Si « le bébé est une personne » comme le disait le Docteur Dolto, il faut aborder cette radiographie de la psyché dans sa globalité et faire en sorte que les parents, le contexte familial et éducatif se conjuguent et s’adaptent de façon à répondre aux besoins spécifiques de cet enfant.

C’est dans cette optique que le thème de naissance peut devenir un outil formidable pour la guidance parentale et le développement des potentialités.

Alain de Chivré

 

La méthodologie d'Alain est diffusée sous la forme d'un enseignement structuré. Depuis son accident de santé son épouse a repris les droits d'auteur et c'est elle qui diffuse les cours.

Voir le site  : http://www.astropsychologie.org  ou http://www.psycho-astrologie.com  

Mail : info@astropsy.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

29 août 2017

La prévision astrologique mérite-t-elle d'être revue et corrigée ?

La prévision correspond à un besoin fondamental de l’homme moderne : celui de gérer et d’anticiper. Cette aspiration prométhéenne constitue, du reste, une des finalités de la science contemporaine, de l‘économie à la médecine en passant par la météorologie ou la séismologie. « La science mesure et calcule en vue de prévoir et d’agir »  écrit Bergson

A vrai dire, ce besoin a toujours existé et à défaut d’outil scientifique, l’astrologie a occupé pendant longtemps une place de choix dans ce domaine de la futurologie (individuelle ou collective). Et c’est probablement la raison pour laquelle elle hérite encore aujourd’hui de cette définition très restrictive  : « art de prédire les évènements ».

 Que faut-il penser de ce genre de définition ? Le moins que l’on puisse dire c’est que le sujet prête à vives discussions.

 

L’ ENJEU SOCIAL

Peut-on faire des pronostics précis d’ordre évènementiel avec l’astrologie , oui ou non  ?

Historiquement, certains astrologues ne s’en sont pas privés et la littérature spécialisée abonde d’exemples mémorables ici et là. Le plus célèbre étant celui de Nostradamus avec la mort d’Henri II.

La vocation divinatoire de l’astrologie a toujours été l’objet de contestations. Au XII ème siècle Thomas d’Aquin s’inquiétait déjà de cette forme d’expression  : « Il est impossible que les corps célestes fassent directement impression sur l’intelligence et la volonté car ce serait admettre que l’intelligence ne diffère pas du sens […] Les corps célestes ne peuvent donc être directement causes des opérations du libre arbitre. Ils peuvent cependant incliner ou agir en tel ou tel sens, y disposant par leur influence »

Aujourd’hui encore certains professionnels prétendent, à l’aube du XXI ème siécle, que la prédiction évènementielle reste la fonction principale de l’astrologie. Et ils sont prêts à la défendre becs et ongles sur des réseaux de communication modernes tels que l’Internet. Sur les forums ou sur les listes de diffusion, par exemple, on peut désormais savoir, par l’astrologie horaire, si la mère Michel va retrouver son chat ! .. Après tout, chacun est libre de penser ce qu’il veut. « L’ennui naquit un jour de l’uniformité ». La pensée unique a ses perversités en astrologie comme ailleurs et nous pourrions donc nous réjouir de cette diversité des conceptions si certaines d’entre elles ne condamnaient pas l’ensemble de la corporation  – par les défauts de l’amalgame - au marginalisme et à l’exclusion de l’espace social et culturel.

L’article 34 R de l’ancien code pénal stipulait : « Seront punis de l’amende prévue pour les contraventions de 3 ème classe […] les gens qui font métier de deviner et de pronostiquer … ». En 1985 ou 1986 un astrologue de St Nazaire s’est vu dresser un procès verbal par les forces de l’ordre pour exercice d’activité illicite. Récemment encore deux directions régionales du Travail et de l’Emploi ont refusé des dossiers d’exonération de charges pour des astrologues. Motif :  impossible de cautionner l’activité de « devins » avec des fonds publics. En 1998, la cour de cassation a même statué sur une banale histoire de cession de clientèle en prétendant que l’exercice de l‘astrologie (sous entendu de la divination) ne pouvait être considéré comme un métier. Voilà matière à réfléchir …

 

FAIRE PROGRESSER L’ASTROLOGIE

Les astrologues ne doivent-ils pas apprendre à conjuguer tradition et modernité en renonçant quelque peu à la prétention divinatoire de leur discipline. Du temps de Ptolémée, la formule suivante s’inscrivait dans la culture de l’époque : « Si un enfant naît quand Jupiter se lève et que Vénus se couche, il sera heureux mais sa femme le quittera »,  l’eau a coulé sous les ponts depuis. L’astrologie doit vivre avec son temps, celui de la cybernétique, celui de la psychologie des profondeurs, celui de la systémique, celui de la sémantique générale, etc …

L’astrologie du 3 ème millénaire ou tout au moins celle du XXI ème siècle mérite une nouvelle définition. Sans doute un distinguo entre prévisions et prédictions. Pour sortir de l’ornière, il faut rompre avec l’occultisme, cesser de dire la bonne  aventure, s’éloigner de la superstition et rejoindre la pensée contemporaine. Pas de honte à cela. Simple souci d’intégration.

Ainsi dépoussiérée, l’astrologie doit être présentée comme un outil conceptuel censé expliquer la relation de l’homme avec l’univers qui l’entoure. Une sorte « d’écologie du vivant » (très à la mode !) comme l’a proposé la biologiste Agnès Lacourly Bousser il y a une quinzaine d’années.

Oui, la structure du ciel de naissance est à l’image de la structure de la personnalité. L’interprétation d’un thème ne permet pas de décrire le comportement d’un individu, elle permet seulement de comprendre ce qui sous tend ce comportement – ce qui est bien différent.

En paraphrasant Lacan on pourrait considérer que  : « L’inconscient est structuré comme une carte du ciel ». 

Cette conception-là permet au symbolisme de retrouver sa fonction créatrice initiale. Le langage métaphorique devient l’expression de la liberté, celle qui donne du sens à tout conditionnement.

L’homme n’est plus spectateur de son destin, il y participe de manière active et personnelle.

C’est vrai, l’histoire d’un individu n’est pas désordonnée. Mais ce n’est pas une raison pour confondre la logique cyclique qui sous tend cette histoire avec la prédiction évènementielle. Cette logique  n’obéit pas à un déterminisme étroit. Elle est multifactorielle

 

LA QUETE DU SENS …

La langue astrologique doit être considérée comme un propos structuraliste et non comme un discours existentialiste. « La carte  n’est pas le territoire ». L’astrologie n’est pas une vérité en soi mais une sorte de systémique. Elle ne permet pas de prédire un fait ou un événement mais simplement de modèliser une structure par anticipation ce qui est tout à fait différent. Parfois même, elle se contente d’être un outil explicatif du passé, ce n’est pas un hasard si l’astrologue disserte souvent après coup pour analyser une corrélation entre un phénomène terrestre et une configuration céleste. Effectivement, la fameuse loi de synchronicité ne se lit que dans un sens : ce n’est pas parce qu’elle permet de reconstituer la génèse d’un événement -a posteriori- qu’elle autorise à prédire. C’est là que se situe l’ambiguité du discours astrologique. Il y a quelques années l’accident mortel de Lady Diana a donné lieu à une abondante littérature astrologique. L’inscription de l’accident était –soi disant – évidente. Quelle honte d’affirmer de tels propos dans de telles circonstances !  Mais a-t-on pensé un instant aux jumeaux astrologiques de Lady Diana ?  Morts eux aussi ?   

Yves Haumont, professeur d’histoire des religions, pose les bonnes questions dans son ouvrage édité au Cedra : « L’astrologie est-elle conforme à la réalité ?  Mais qu’est ce que la réalité ? ». En bon provocateur, il va même plus loin en disant  « L’astrologie est-elle vraie ou fausse ?» ce qui lui permet de répondre : « Une langue n’est ni vraie ni fausse. Seul ce qui se dit dans une langue peut être vrai ou faux »  

 

PRIVILEGIER LA PERSONNE PLUTÖT QUE LA TECHNIQUE. 

L’astrologie reste et restera  une « anthropologie de la destinée humaine »  au sens ou le disait René Le Senne à propos de caractérologie. Il n’est donc pas question ici de lui retirer ses prérogatives ou de nier son histoire. Mais la perspective de la nouvelle ère oblige à revoir « le maniement » de tous les outils :  transits, progressions, révolutions solaires, thèmes horaires, directions primaires, etc … Il faut procéder à un réajustement fonctionnel, une sorte de «lifting ». Toutes les techniques prévisionnelles ont du bon, c’est leur utilisation fataliste qui est perverse. Comment les intégrer à la pratique concrète et à la vraie relation d’aide ? 

Que peut-on dire et ne pas dire avec l’astrologie ? That is the question !

L’information contenue dans une révolution solaire ou une technique quelconque comme celle des transits autorise toutes les spéculations possibles  mais à partir du moment ou ces informations sont formulées et livrées au consultant, alors tout devient plus dangereux ou – disons - plus subtil. Exemple : un transit de Saturne passant sur un Soleil natal peut faire penser à une période de fatigue (spéculation théorique de l’astrologue ) mais dire à quelqu’un qu’il risque d’être fatigué n’est ce pas aussi induire le phénomène ?

Une astrologie saine oblige à se préoccuper de l’être-sujet sans se laisser obnubiler par l’astre-objet (aussi séduisante que soit la technique utilisée). Question d’éthique, n’est ce pas ?

La cure de rajeunissement d’Uranie doit nous inviter à remettre enfin l’homme au centre des préoccupations astrologiques en pratiquant une astrologie du sujet (place à l’écoute, à l’interactivité, à la multifactorialisation, etc  ). Ceci devient urgent et extrêmement important car, avec l’informatique, nous assistons depuis une dizaine d’années à une résurgence dangereuse des vieilles techniques. L’astrologie « prédictionnelle » a une façade séduisante (Il arrive même que « ça marche » !) Elle peut, de ce fait, sembler répondre aux angoisses des temps modernes mais ses effets pervers sont tellement redoutables qu’il faut y prendre garde.  N’ayons  pas  honte  aujourd’hui  de  pratiquer  une  « astrologie centrée sur la personne ». Rejoignons les sciences humaines et sortons de l’ornière ésotérique.   

 

 

APPRENDRE A PARLER LA LANGUE METAPHORIQUE

En laissant la fonction prophétique au vestiaire de l’histoire, les astrologues pourraient enfin parler de prospective ou de « cyclologie » cela changerait du terrorisme divinatoire ou des dérives ludiques !

Pas question d’abandonner l’exploration du temps. C’est la spécificité du discours astrologique. Mais il faut revoir notre formulation, respecter le symbolisme, s’habituer à parler, judicieusement et avec réserves, de probabilités sans tomber dans les pièges du catastrophisme spectaculaire ou des pronostics à l’eau de rose. Travail d’artiste ou simple exercice de communication ? Les deux à la fois probablement. 

Si la prédiction événementielle doit exister et pourquoi pas (?), il faut qu’elle reste pour l’instant à l’ombre des « laboratoires » astrologiques (un vecteur capital de la recherche), qu’elle sorte le plus possible du champ clinique de la consultation et qu’elle cesse d’envahir la grande presse.

Tels sont, en tous cas, nos espoirs pour que l’astrologie ne soit plus considérée demain comme « un résidu de croyances archaiques ou de superstitions attardées » (dixit le sociologue Edgar Morin)

 

Alain de Chivré 

Ex président de la Fédération des Astrologues Francophones

10 juillet 2017

Prendre des gants pour explorer la psyché

La grande erreur des astrologues : faire des pronostics (comportementaux)

Qu’est-ce que la personnalité ?  En recherchant dans « le dictionnaire de psychologie » de Norbert Sillamy (1980 chez Larousse) on trouve la définition suivante « la personnalité est l’ensemble structuré des dispositions innées et des dispositions acquises sous l’influence de l’éducation, des interrelations complexes de l’individu dans son milieu, de ses expériences présentes et passées, de ses anticipations et de ses projets »

Cela nous fait dire explicitement que le thème astrologique ne nous renseigne pas sur le “ réel ” ou sur les “ comportements ” mais sur ce qui sous tend le réel (rapport conscient–inconscient), c'est-à-dire sur ces fameuses dispositions innées. Pour ce qui est de l’acquis il est aisé de comprendre qu’il s’agit essentiellement de l’éducation, des expériences et de l’environnement (informations extra-astrologiques).

 

Cette précision est très importante car elle signifie que le thème astral ne dit pas vraiment  comment le natif se comporte (ou va se comporter)mais plutôt ce qu’il y a derrière son comportement (ce qui est un peu différent et sans doute  beaucoup plus intéressant). Cette impossibilité de prévoir ce qu’un individu va faire de ses capacités devrait faire rougir de honte tous les astrologues qui prédisent l’avenir. Ce sont des charlatans !

Allons bon !  Mais alors quelle est la nature de l’information astrologique ? La carte du ciel de naissance est censée rendre compte du tempérament, de la structure de la personnalité ou de l’organisation de la psyché mais entre cet ensemble de prédispositions et ce que nous en faisons dans le réel (c'est-à-dire de manière factuelle)  il y a un grand espace dans lequel on trouve justement toutes les interrelations de l’individu avec son milieu familial et son environnement. Le comportement est le résultat d’une conjugaison subtile :  inné /acquis. C’est dans cet espace complexe de la conjugaison que doit se faufiler le fameux libre arbitre qui, dans l’histoire, constitue une sorte de 3 ème facteur.

 

Ce préambule n’est pas sans conséquence sur la pratique concrète de l’astrologie. Un praticien sérieux devrait s’abstenir de faire un check up de la personnalité tant qu’il n’a pas un minimum d’éléments sur l’histoire éducative et sur l’environnement. « Faire un thème » ne consiste pas à « deviner » l’histoire d’un individu ni à lire, dans le passé et dans le futur, de prétendus évènements (même si cela peut paraitre très spectaculaire). Faire un thème c’est tenter de faire une véritable exploration de la psyché : comment l’inconscient est-il structuré ? Et comment cette organisation complexe pourrait-elle se conjuguer avec les facteurs de l’environnement ? Comment stimuler les talents potentiels révélés par cette exploration de la psyché et faire en sorte que la conjugaison inné/acquis devienne, pour le natif, un prétexte à se développer, à grandir, à « devenir une personne ».

 

Conclusion : impossible de faire une bonne consultation astrologique en une séance ! Il faut donner du temps à l’écoute, à l’histoire de l’individu, à la découverte progressive de tous les talents. En application de ces réflexions, l’Institut d’Etudes Astrologiques préconisait (auprès de ses élèves - futurs praticiens) d’utiliser un protocole de consultations sur la base de 3 séances : la 1 ère est consacrée à l’historique de la personne, la 2 ème au bilan de potentialités, la 3 ème à la stimulation de ces capacités et à leur mise en oeuvre judicieuse. Le leitmotiv d’Alain de Chivré : il faut « prendre des gants » pour explorer la psyché humaine     

 

Pour en savoir plus, envoyez un mail à : dechivre.claude@gmail.com

 

Pour recevoir gratuitement et SANS AUCUN ENGAGEMENT un 1 er cours gratuit cliquez ci dessous : 

http://www.formation-astrologie.com

ou teléphonez : 04.89.72.92.61

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Astropsychologie à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 juillet 2017

Le photopériodisme : début de preuve pour la pertinence du raisonnement astrologique.

Je ne veux pas faire sortir les fauves de leur cage. Les groupements rationalistes sont parfois féroces et sans pitié vis à vis des astrologues. Cet après midi j'ai consacré un peu de temps à chercher ce que l'on trouvait sur le Net lorsque l'on tapait "photopériodisme et astrologie". Je suis tombé sur le site de Astro Ariana et sur un article de Richard Pellard très bien documenté. Dans ce dossier, il y avait un tableau sur la durée des jours et des nuits pour la latitude de Paris. Je me suis aperçu que je manquais de précisions en instruisant mes élèves avec des données qui n'étaient pas aussi précises. Si tant est que l'on puisse parler de précisions dans ce domaine car tout depend aussi de l'année. Il faut normalement s'en réferer aux tables d'Ephémerides  et aux tables des maisons.

Pour mémoire, je vous rappelle (voir le site Astro-Ariana) que lorsque le soleil rentre dans le signe du Bélier, il y a 12 heures de jour et 12 heures de nuit. Lorsqu'il rentre dans le signe du Taureau il y a 13h48 de jour (à Paris) Pour l'entrée en Gémeaux il y a 15h18 de lumière (à Paris), etc ...Les plantes vertes que j'ai sur ma terrasse en savent quelque chose. Et les animaux tout autant. Ce qui est plus surprenant c'est que, lorsque l'on veut justifier le discours astrologique à partir de ces differences d'amplitudes jours et nuits en évoquant le zodiaque tropical (sans parler des déclinaisons), les sceptiques partent en courant et fuient notre explication comme si elle était irrecevable. Les astrologues ne seraient bon qu'à raconter des bêtises ? La théorie des signes du zodiaque tient bien la route. Depuis plusieurs milliers d'années. Cette mathématique du vivant constitue le fondement du discours astrologique avec quelques aménagements (inversion entre l'hémisphère Nord et l'hémisphère Sud) et quelques exceptions (les zones équatoriales et les pôles).

Les "sceptiques" considèrent que nous avons des preuves statistiques expérimentales calamiteuses ? En surfant sur le Net j'ai trouvé un article écrit en 2015 (ce n'est pas si vieux) par une journaliste expérimentée. Il s'agissait d'un travail important mené aux Etats Unis pendant 14 ans à partir d'une énorme base de données : 1,7 millions de patients. Cette étude portait sur la relation entre le mois de naissance et les prédispositions à certaines maladies. La journaliste (Marie Céline Jacquier) fait référence à un article sérieux paru dans le "Journal of American Medical Informatics Association".

Je n'ai pas réussi à retrouver cet article malheureusement mais cela mériterait d'être "creusé".